Déboursé sec : une méthode de calcul essentielle pour assurer une bonne rentabilité de vos chantiers

L’une des principales problématiques d’une entreprise de BTP est de fixer un prix adapté pour ses chantiers. Celui-ci doit dégager une marge suffisante pour être rentable tout en proposant un tarif concurrentiel aux clients. Pour vous aider dans vos calculs, la méthode du déboursé sec permet de déterminer des indicateurs essentiels. De quoi dégager la meilleure rentabilité possible sur le devis de vos travaux en restant compétitif.

déboursé sec

Le principe du déboursé sec

 

Dans le secteur du bâtiment, la notion de déboursé sec intervient en amont lors de la phase de chiffrage de votre chantier. Elle contribue à définir le coût de revient des travaux à effectuer en dehors des charges. Ainsi, le calcul du déboursé sec permet de fixer vos prix avec une plus grande précision. 

Le déboursé sec regroupe l’ensemble des dépenses inhérentes à la réalisation d’un ouvrage. Sans compter les bénéfices, il désigne les différents frais relatifs au prix d’achat des fournitures, au prix de revient de la main-d’œuvre et la location de matériel. Dans la constitution de votre devis, le déboursé sec est un indicateur idéal pour indiquer des prix de vente cohérents et rentables.

 

Votre guide sur les nouvelles normes en bâtiment !

 

L’intérêt de la méthode du déboursé sec

 

Pour s’assurer de déterminer un prix adapté aux attentes de votre client et aux vôtres, le calcul du déboursé sec se montre très utile. Une fois le compte des frais de main-d’œuvre, matériel et outils réalisé, il ne tient qu’à vous de choisir le taux de marge à appliquer en échange de vos services. 

Dès lors que vous connaissez le coût réel du chantier grâce au déboursé sec, il est plus facile de se montrer précis dans la réalisation du chiffrage. Vous n’avez plus qu’à ajouter les diverses charges de l’entreprise et la marge souhaitée. Le déboursé sec évite ainsi de faire des erreurs en minimisant le coût global du chantier. Vous gagnerez en précision pour garantir une rentabilité suffisante avant de débuter vos chantiers. 

 

Le calcul du déboursé sec

 

Les chiffres obtenus avec le déboursé sec vont permettre de vous tenir plus facilement au budget préétabli lors du devis. Avec une vue précise sur les dépenses prévisionnelles, vous évitez les mauvaises surprises. Cette méthode permet notamment le calcul de différents indicateurs. Il est possible de se faire aider par un logiciel de gestion ou de devis adapté, comme EPB bâtiment, SAGE ou BATIGEST, qui vous fournit le document souhaité en fonction des paramètres de calcul choisis. 

 

Le calcul du prix de vente HT :

 

Une fois tous les frais comptabilisés, vous obtenez le déboursé sec. Pour obtenir le prix de vente HT de vos différentes prestations, vous devez ajouter certains éléments :

 

  • Une entreprise implique le paiement de charges au fil des mois.  Ces dernières doivent être répercutées au sein de vos facturations pour ne pas perdre en rentabilité. Il est donc nécessaire de faire le compte de ses différents frais et de les ajouter aux chiffres du déboursé sec. 
  • Sans marge, votre société ne dégage pas de bénéfices. Un taux de marge doit donc être appliqué à vos tarifs. S’il faut rester raisonnable pour être compétitif, la marge permet de payer les salaires et d’assurer le paiement des charges.

 

Pour vous simplifier la vie lors de la réalisation de vos devis, il suffit de multiplier les chiffres obtenus avec le déboursé sec par différents coefficients. Un premier coefficient correspond aux charges de l’entreprise, tandis que le second représente les bénéfices dégagés à chaque chantier. 

 

Le calcul des frais généraux :

 

Puisque les charges ne sont pas comprises dans le déboursé sec, il est nécessaire d’ajouter les frais généraux de l’entreprise pour définir le coût de revient d’un chantier. Pour cela vous allez multiplier le montant du déboursé sec par le coefficient relatif aux charges de l’entreprise. Vous obtenez ainsi un prix qui correspond au seuil où l’entreprise ne perd ni ne gagne d’argent. 

Le coefficient annuel des frais généraux de l’entreprise se calcule en se basant sur l’exercice précédent et en divisant les frais généraux par les charges variables du chantier.

 

Les frais généraux sont multiples :

 

  • Les loyers
  • Les abonnements aux fournisseurs d’électricité, de téléphone, d’Internet…
  • Les prélèvements des assurances
  • Les frais de banque
  • Les salaires du personnel improductif sur le chantier (il s’agit du personnel administratif, des salariés en atelier ou sédentaire au bureau) …

 

Les charges variables combinent le coût du personnel sur le chantier et celui des divers matériaux. Pour éviter tout risque d’erreur, il est recommandé de faire appel à un expert-comptable. Il réalisera l’ensemble des calculs des frais généraux et variables avec une grande précision. 

 

Le calcul du taux de marge :

 

Pour finaliser votre devis, la marge de l’entreprise doit venir compléter le coût de revient défini. Le coefficient du taux de marge doit prendre en compte vos souhaits de bénéfices, les prix de la concurrence et les éventuels aléas d’un chantier. Si la moyenne dans le secteur du BTP est de 20 %, un taux de marge peut varier entre 10 et 50 % selon les chantiers. 

 

Étape essentielle, le chiffrage de vos chantiers est grandement facilité par le calcul du déboursé sec. Vos prix doivent vous assurer une rentabilité confortable, mais également se montrer concurrentiels pour remporter le marché. Grâce aux indicateurs du déboursé sec, il est possible d’obtenir des informations pratiques pour définir votre prix de vente.

En dehors du prix, le respect des normes est un point essentiel. Pour mieux connaitre toutes les réglementations en vigueur, n’hésitez pas à lire notre livre blanc sur les différentes normes du bâtiment.

 

Votre guide sur les nouvelles normes en bâtiment !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter