Tout savoir sur la norme NF DTU 26.1 - Travaux d'enduits de mortier

Vous devez réaliser des travaux d’enduit de mortier pour un client ? Le DTU 26.1 détaille l’ensemble des préconisations de mise en œuvre pour un ouvrage dans les règles de l’art. Il vous épaule dans le choix des matériaux pour la préparation et la réalisation des enduits de mortier. De quoi effectuer des techniques d’enduit fidèles aux normes en vigueur.

 

dtu 26.1

Le domaine d’application du DTU 26.1

 

Dans le secteur de la construction, les méthodes de mise en œuvre des différents types de travaux sont détaillées au sein des DTU. Le DTU 26.1 concerne les travaux d’enduits de mortiers multicouches et monocouches, en intérieur comme en extérieur. Disponible sur des sites spécialisés comme l’AFNOR ou le CSTB, ce document accompagne les professionnels du bâtiment dans la réalisation d’ouvrages conformes aux normes. C’est sur lui que se basent les assureurs et experts judiciaires en cas de litige. Il ne doit pas être confondu avec le DTU 26.2 chapes et dalles, en attente d’une nouvelle version. 

 

Différenciez-vous de la concurrence en appréhendant les nouvelles normes !

 

Le DTU 26.1 apporte un éclairage précis sur le choix des matériaux pour l’application de votre mortier. Il détaille également de multiples techniques à l’image de l’enduit d’imperméabilisation. Les bonnes pratiques de préparation et d’exécution du DTU 26.1 concernent les enduits épais en mortier à base de :

 

  • ciment ;
  • chaux aérienne ;
  • chaux hydrauliques ;
  • chaux aérienne mélangée avec du plâtre.

 

L’application des différents enduits peut s’effectuer verticalement à l’intérieur ou à l’extérieur avec imperméabilisation ou en guise de parement. De manière horizontale, elle est réalisée en sous-face d’ouvrages des bâtiments.

 

Outre les lattis métalliques, le principal support visé par le présent DTU est la maçonnerie. On retrouve différents types de supports :

 

  • les maçonneries en briques de terre cuite ou pierres ;
  • les blocs de béton hourdés au mortier de liants hydrauliques ou cellulaire autoclavé ;
  • les moellons ;
  • les maçonneries anciennes hourdées au plâtre ou avec mortiers peu résistants ;
  • les bétons de granulats courants ou légers, soignés et caverneux ;

 

Les préconisations du DTU 26.1 excluent les enduits réalisés pour les monuments historiques, les bâtiments anciens patrimoniaux ou en protection patrimoniale. Il ne concerne également pas les enduits minces de ragréage, de lissage, de cuvelage et d’étanchéité.

 

Les matériaux concernés par le DTU 26.1

 

Avec une identification précise, le DTU 26.1 encadre différents types de mortier d’enduit :

 

  • le mortier courant qui sert d’enduit de base ;
  • le mortier allégé doté d’une masse volumique plus légère lors du séchage ;
  • le mortier d’enduit de parement pour réaliser des finitions esthétiques ;
  • le mortier d’enduit monocouche ;
  • le mortier d’assainissement aux propriétés poreuses et absorbantes avec perméabilité à la vapeur d’eau ;
  • le mortier de réparation.

 

Les prescriptions de mise en œuvre

 

Il est important de réaliser les travaux d’enduits minéraux selon des plages de températures précises. Un mortier avec liant hydraulique s’effectue entre 5 et 30°C. Un enduit de parement ou à base de chaux se fabrique entre 8 et 30°C. 

 

Le cahier des clauses techniques du DTU 26.1 récapitule la manière de procéder dans les règles de l’art pour les différents enduits de mortier. 

 

Les enduits extérieurs et avec liants hydrauliques doivent respecter un écart minimum de 15 cm par rapport au sol fini. Il en est de même avec la coupure de capillarité des maçonneries neuves. Les enduits à faible capillarité ou hautement dosés en liants hydrauliques échappent à cette règle. 

Il est essentiel de renforcer l’enduit au niveau des planelles de plancher et de la jonction de deux supports différents. Pour cela, on utilise un treillis métallique ou en fibre de verre. 

La mise en œuvre des divers enduits s’effectue uniquement sur des maçonneries réalisées depuis plus d’un mois au minimum.

 

En ce qui concerne les joints de dilatation de la structure, il est nécessaire d’appliquer certaines règles. En plus de traverser l’épaisseur totale de l’enduit, ils doivent être obturés de manière adéquate. Vous devez utiliser un mastic de calfeutrement élastomère, ainsi que des profilés métalliques déformables. Il est également possible de mettre en place un système mécanique de recouvrement pour l’étanchéité à l’eau.

 

Le DTU 26.1 met en relief trois types de mortiers selon leur fabrication :

 

  • Le mortier de chantier est mis au point sur place en combinant les différents constituants livrés séparément.
  • Le mortier industriel est réalisé en usine. Il est livré sur le chantier soit prêt à l’emploi, soit sous forme de poudre à gâcher.
  • Le mortier prédosé doit être mélangé sur place en suivant les recommandations du fabricant.

 

Les principales préconisations à retenir selon le support

 

  • Pour le béton, il est essentiel que le support assure une bonne adhérence de l’enduit. Ce dernier est réalisé en monocouche de 5 à 15 mm
  • Pour les blocs de béton cellulaire, il faut procéder à une humidification avant enduisage. Ce dernier s’effectue par multicouches de manière mécanique ou manuelle. Il faut respecter un corps d’enduit de 12 à 15 mm ou l’application d’une couche de finition de 5 à 8 mm. 
  • Les briques de terre cuite et les blocs de béton de granulats courants doivent être arrosés au moins 30 min avant enduisage et sans ruissellement. L’enduit s’applique par monocouche de 12 à 15 mm sur maçonnerie soignée et de 15 à 18 mm sur maçonnerie courante
  • Pour les briques de terre cuite et les blocs de béton de granulats légers, un arrosage identique 30 min avant est nécessaire. L’enduisage s’effectue par multicouches. En application manuelle, on réalise un gobetis avec corps d’enduit de 15 à 20 mm ou couche de finition de 5 à 8 mm. En application mécanique, on applique un corps d’enduit de 12 à 15 mm ou une couche de finition de 8 à 10 mm.

 

DTU 26.1 : les tolérances à respecter

 

  • Un enduit réalisé sur maçonnerie neuve doit respecter une planéité précise. Elle est de 1 cm avec un enduit courant et 0,5 cm avec un enduit soigné ou exécuté entre nus et repères. 
  • Pour l’aplomb, un écart de 1,5 cm sur 3 m est toléré pour les trois types d’enduits. 

 

Pour proposer des murs lisses et limiter les fissures, l’enduit de mortier est une étape incontournable. Le DTU 26.1 se présente comme un guide indispensable pour mettre en œuvre les bonnes pratiques et obtenir un résultat de qualité. Comme de nombreux domaines du secteur du bâtiment, il répond à des normes précises. Pour mieux connaitre les nouvelles normes du BTP, un livre blanc est consultable en ligne. 

 

Différenciez-vous de la concurrence en appréhendant les nouvelles normes !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter