NF DTU 55.2 - Revêtements muraux attachés en pierre mince

De nombreux bâtiments disposent d’un revêtement mural en plaques de pierre mince en guise de parement vertical. La fixation est réalisée via un système d’attaches sur son support. Ce type de revêtement est destiné aux bâtiments d’habitation et commerces, ainsi que les établissements publics comme privés.

Le DTU 55.2 réunit toutes les informations nécessaires pour une pose dans les règles de l’art. Document de référence pour les professionnels, il est l’assurance de travaux conformes aux normes et aux attentes de vos clients.

 

Le domaine d’application du DTU 55.2

 

Avec des prescriptions techniques, le DTU 55.2 accompagne les entreprises dans la réalisation de revêtements muraux attachés en pierre mince. Ils sont fixés sur un support porteur et stable en béton ou maçonnerie. Ils constituent la vue finale des parois verticales en façade des bâtiments.

 

Le DTU 55.2 s’applique à tout type de bâtiment sur le territoire français, y compris les DOM-TOM. En rénovation comme dans le neuf, il décrit la mise en œuvre des revêtements muraux attachés en pierre mince. Vous pouvez donc vous référer à ses consignes pour les chantiers de maisons individuelles, logements collectifs, écoles, hôpitaux et autres bâtiments recevant du public.

Ce document technique unifié se décline en 3 volets :

 

  • Le cahier des clauses techniques types en partie 1-1 ;
  • Les critères généraux de choix des matériaux en partie 1-2 ;
  • Le cahier des clauses administratives spéciales types en partie 2.

 

Certains ouvrages de génie civil ne sont pas concernés par l’application du DTU 55.2. C’est notamment le cas des ponts et murs de soutènement. Le document ne concerne pas les revêtements coffrants, scellés en plein ou en fond de moule de panneaux préfabriqués. Il ne s’applique pas dans le cadre de façades courbes ou inclinées. Ses préconisations ne sont pas destinées aux bâtiments situés en zone sismique.

 

Les matériaux concernés

 

La partie 1-2 du DTU 55.2 permet de détailler les critères généraux pour le choix des matériaux. Les diverses exigences relatives à chacun sont décrites pour sélectionner des produits conformes à la mise en œuvre. Parmi les matériaux nécessaires pour les revêtements muraux attachés en pierre mince, on retrouve notamment les plaques de pierre, l’ossature, les attaches et agrafes, l’isolant thermique…

 

Les dispositions techniques générales du DTU 55.2

 

Pour réaliser la pose d’un revêtement mural en pierre mince, certaines dispositions constructives sont nécessaires :

 

  • La mise en œuvre du support doit être conforme à son DTU avec un parement soigné pour le béton ;
  • Une lame d’air doit être présente entre le revêtement et le support ou la couche intermédiaire ;
  • La fixation d’une isolation thermique doit être réalisée au préalable avec des chevilles adaptées. Il peut s’agir d’un isolant rigide ou semi-rigide.

 

Le NF DTU 55.2 apporte toutes les informations utiles sur les compatibilités mécaniques entre les différents systèmes de fixations, les supports, les couches d’isolation et le revêtement. Le choix des fixations et des joints dépend de l’altitude de l’ouvrage et de son niveau d’étanchéité.

 

Durant la phase de conception, le maitre d’œuvre doit rédiger un dossier technique complet avec les plans d’exécution. Il doit préciser le passage des fluides et fourreaux, ainsi que l’emplacement des joints de dilatation.

 

Revêtements attachés par agrafes métalliques et polochons

 

Cette technique implique une fixation du revêtement via des agrafes fixées mécaniquement ou scellées au mortier. L’ensemble est ensuite enrobé dans un polochon à base de plâtre ou mortier.

 

Pour mettre en œuvre ce dispositif constructif, il faut remplir les conditions suivantes :

 

  • Un ouvrage qui ne dépasse pas les 28 m de haut ;
  • Pas d’isolation depuis l’extérieur sur le mur support ;
  • Une dimension de la surface inférieure des plaques qui ne dépasse pas 1 m² ;
  • Une épaisseur des plaques qui ne dépasse 6 cm ;
  • Une distance de 2 à 5 cm entre la face arrière de la plaque et le support ;
  • Les joints doivent être remplis au mortier sur support maçonné pour les bâtiments classés a, b ou c et sur support béton pour les bâtiments classés a, b, c ou d.

 

Des exigences sont également appliquées aux agrafes :

 

· Un diamètre minimum du fil de 4 mm ;

· Au moins 4 agrafes par plaque en partie courante ;

· Une fixation mécanique ou par scellement ;

· Un polochon d’environ 10 cm de diamètre.

 

En complément des joints courants entre plaques, cette méthode nécessite des joints de fractionnement ou dilatation souples.

 

Revêtements fixés par attaches métalliques sans polochons

 

En partie courante, ce type de revêtement impose plusieurs dispositions constructives :

 

  • La plaque doit avoir une surface maximum de 1 m². La plus grande dimension ne doit pas dépasser 1,4 m et l’épaisseur 8 cm.
  • La lame d’air ventilée située entre le dos de la pierre et le support doit être d’au moins 2 cm.
  • Les attaches sont au nombre de 4 par plaque avec fixation mécanique ou par scellement au mortier.
  • La fixation des plaques aux attaches est possible avec des ergots cylindriques, des attaches en culotte ou des tiges traversantes.
  • Il est possible de calfeutrer les joints au mastic souple, au mortier ou de les laisser ouverts.

 

Revêtements fixés sur l’ossature intermédiaire

 

Avec ce type de dispositif, les dispositions constructives sont les suivantes :

 

  • Une ossature intermédiaire doit être ancrée dans le support au niveau des zones les plus résistantes. Elle peut être en acier inoxydable ou en aluminium.
  • Située entre le dos de la pierre et le support, la lame d’air ventilée doit avoir une épaisseur minimum de 2 cm.
  • La fixation des plaques de pierre s’effectue mécaniquement sur l’ossature intermédiaire.
  • Selon la situation, les joints peuvent être souples/ouverts ou durs. Leur disposition est déterminée tous les 3 à 6 m.
  • Les attaches sont fixées sur l’ossature intermédiaire par soudure, boulonnage ou vissage.

 

Les tolérances à respecter avec le DTU 55.2

 

Une fois terminés, les ouvrages de revêtements muraux attachés en pierre mince ne doivent pas dépasser certaines tolérances :

 

  • Un désaffleur inférieur ou égal à 5 mm (sous la règle de 2 m) ;
  • Une flèche inférieure ou égale à 10 mm sous un cordeau de 10 m au plus ;
  • Un écart de verticalité inférieur ou égal à 5 mm sur la hauteur d’un étage courant ;
  • Un écart de verticalité inférieur ou égal à 40 mm sur la hauteur totale d’un bâtiment de moins de 28 m.

 

 

Les normes NF B 10-601 et NF EN 1469 et leurs contenus concernent les pierres minces utilisables en revêtements attachés. Le DTU 55.2 apporte un éclairage sur les bonnes pratiques de mise en œuvre en totale conformité. Il se présente comme un guide précieux pour les professionnels du bâtiment.

Les normes sont nombreuses dans ce secteur. Pour mieux connaitre les nouvelles normes du BTP, nous vous proposons un livre blanc sur le sujet.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter