annuaire professionnel construction

Recherche express de fournisseur

La sélection des pros

Accessoires machines-outils

 

Une machine-outil est un matériel qui permet de maintenir un outil et de lui conférer un mouvement actionné par une source d’énergie. Son rôle est de façonner des produits. Comme exemples, on peut citer la fraiseuse, le touret, la scie motorisée, la perceuse à colonne ou la rectifieuse. Ces machines nécessitent des accessoires pour fonctionner. Lumière sur les différents types d’accessoires de machines-outils.

Le Mandrin

Le mandrin peut recevoir différents outils et accessoires pour un usage polyvalent. Il correspond à la partie métallique située en bout de perceuse qui serre la mèche, le foret ou tous les types d’accessoires adaptables sur la machine.

  • Afin de trouver rapidement le bon mandrin, il faut connaître :

– L’emmanchement : c’est le trou sur lequel on fixe le mandrin à la perceuse. En général, on parle de cônes type B (DIN) ou J (Jacobs), ou d’emmanchement taraudé type 1/2-20 ou 3/8-24. Pour choisir le bon mandrin, il faut mesurer précisément le diamètre d’entrée de l’arbre de la perceuse (ou du tour) dans le mandrin ;

– La capacité : c’est l’ouverture des mors. En général, elle est de 10 ou de 13 mm ;

– Le type de perceuse : portative ou fixe.

  • Il y a 3 types de mandrins : à clé, sans clé à serrage manuel et sans clé auto-serrant.
  • Le mandrin à clé : Simple d’utilisation, il se compose d’un corps, d’un jeu de mors, d’un écrou et d’une chemise.

En classe L : La chemise est en tôle et l’écrou en acier.

En classe M : La chemise et l’écrou forment une seule pièce réalisée en acier décolleté.

En classe H : On retrouve les caractéristiques de la classe M mais à un niveau de qualité         supérieure. Le mandrin est poli et le bout des mors meulé.

  • Le mandrin sans clé à serrage manuel : Il est utilisé sur les perceuses portatives et se décline en 2 types : classe L (avec ou sans système de verrouillage) ou classe M (avec système de verrouillage et habillage en tôle). Il est proposé avec chemise unique (permet d’avoir une meilleure prise et plus de force au serrage) ou en double chemise.
  • Le Mandrin sans clé auto-serrant : Ce type de mandrin existe en classe M, H ou H+. Il ne permet pas la rotation à gauche. Il s’auto-serre lui-même lors du perçage mais a tendance à se bloquer.

 

La fraise

La fraise est un outil qui se place sur une machine-outil appelée « fraiseuse ». La fraiseuse permet de façonner un bloc de matière par enlèvement. La fraise est munie de dents et est de forme variable (cylindre, cône, tore). La matière est enlevée par la combinaison de la rotation de la fraise et du mouvement d’avancement de la pièce à usiner.

Il existe plusieurs types de fraise outil avec des fonctions différentes : la fraise d’angle, la fraise à carotter, la fraise à chanfreiner, la fraise concave, la fraise conique, la fraise convexe… Une fraise possède de 2 à 5 dents. Étant donné le grand nombre de types de fraises, l’attachement de la fraise à la machine-outil ne se fera pas de la même manière.

On distingue notamment les fraises en bout et les fraises à trou.

  • Fraise en bout : queue d’attachement

La fraise en bout, également appelée « fraise à queue » possède une queue comme attachement. Elle correspond à la partie qui va être attachée à la machine-outil. La fraise possède trois types de queue :

La queue cylindrique qui nécessite un mandrin à mâchoires pour serrer la fraise

La queue « Cône Morse » qui nécessite un mandrin conique correspondant au cône Morse

La queue conique qui nécessite un mandrin conique pour serrer la fraise

  • Fraise à trou : plusieurs attachements possibles

La fraise à trou a 3 manières de se faire attacher, cela peut se faire à l’aide :

  • D’une clavette : assure une bonne transmission du couple, permet l’empilement de plusieurs outils. Idéal pour les fraises à trou à clavettes.
  • De tenons : assure une bonne transmission du couple, il est équilibré et précis ce qui est idéal pour la grande vitesse. Réservé aux fraises à surfacer.
  • D’un attachement cylindrique : le plus économique, s’adapte parfaitement aux outils peu épais mais il faut procéder à un bridage soigneux afin d’éviter que l’outil ne tourne sur le porte-outil.

La pince de serrage

La pince de serrage permet de façon simple et rapide de positionner, maintenir et serrer des pièces. L’utilisation de cet outil devient nécessaire lorsqu’il n’est pas possible de créer un outillage avec des serrages à poste fixe. La pince de serrage offre une force de maintien élevée et une longue durée de vie. Son utilisation est assez facile. En effet, elle se manipule avec une seule main à la fermeture et à l’ouverture. Elle dispose aussi d’un angle d’ouverture important des mâchoires pour faciliter la pose et l’évacuation des pinces de serrage.

La meule

Le touret est une Machine-outil de petite dimension à axe horizontal supporté par deux paliers et qui porte à ses deux extrémités des meules. C’est par la friction de ces blocs avec un autre objet, un outil ou une pièce, que celui-ci sera rectifié. Cet outil sert à affûter ou ébarber les métaux. Il est de forme cylindrique et généralement en pierre. Cependant, le processus provoque l’usure de la meule, c’est pour cela qu’il faut bien choisir sa meule et veiller à ce que son profil soit acceptable avant de la mettre au travail.

En choisissant correctement la qualité et la taille du grain de la meule, on optimise l’efficacité de l’abrasion. Par conséquent les critères de choix d’une meule à touret sont : son grain, l’acier, la matière, la dimension et la dureté de l’outil.

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter