annuaire professionnel construction

Recherche express de fournisseur

Biodiversité, matériaux biosourcés et végétalisation… On vous dit tout !

Le secteur du bâtiment est au cœur des enjeux du développement durable. La construction ou la rénovation des bâtis s’inscrivant dans une démarche environnementale et d’augmentation de la biodiversité doit prendre en compte tous les points dans leur ensemble. Nous parlerons ici de la production de matériaux biosourcés et de la végétalisation des façades et des toits pour une meilleure biodiversité.

Qu’est-ce qu’un matériau biosourcé ?

Il désigne un produit issu du vivant, de la matière organique renouvelable, appelée biomasse. Le matériau biosourcé peut être d’origine animale tel que la laine de mouton ou végétale comme le bois ou la paille. Dans une démarche de construction durable, il est donc préférable d’utiliser des matériaux biosourcés locaux et le moins transformés possible, sous réserve qu’ils répondent aux caractéristiques pour lesquelles ils sont mis en œuvre.

Notons que l’économie circulaire propose un modèle économique visant à systématiser la réutilisation des déchets d’activité, pour en faire de nouvelles matières premières dans la fabrication d’autres produits. Les matériaux biosourcés permettent notamment d’aider à développer des produits innovants, à la fois recyclés, recyclables et locaux. L’économie circulaire trouve aujourd’hui son application dans bien des domaines, parmi lesquels celui de la végétalisation.

Les matériaux biosourcés couvrent une large gamme de produits et trouvent de multiples applications dans le domaine du bâtiment. Voici ceux qui sont le plus utilisés :

  • Le bois : Il permet la création de produits de construction comme les structures porteuses, le bardage, les menuiseries, les panneaux de bois, la laine de bois ou encore le bois en vrac.
  • Le liège : L’écorce du chêne-liège permet la création de produits de construction comme les panneaux et rouleaux recyclés 100 % liège et les granulats.
  • La paille : Elle peut être utilisée dans la construction sous forme de bottes, panneaux et enduits.
  • Le chanvre : il permet la création de produits de construction comme le mortier, l’enduit, le béton et la laine de chanvre, ou peut être directement utilisée en vrac.
  • La ouate de cellulose : La ouate de cellulose est produite à partir de journaux recyclés. Elle permet la création de produits de construction comme des panneaux semi-rigides ou peut être utilisée directement en vrac.
  • La laine de mouton : Elle permet la création de produits de construction comme les rouleaux ou panneaux, la laine en vrac et les écheveaux.
  • Le textile recyclé : La production de matériaux de construction à base de textile recyclé est réalisée principalement grâce aux chutes de l’industrie textile et aux vêtements usagés des ménages qui sont rapportés dans des bennes de tri.

La biodiversité et la végétalisation

Dans le secteur du bâtiment, la végétalisation consiste à recouvrir les façades et toitures de plantes appropriées. Elle a entre autres comme particularité de lutter contre le changement climatique grâce à la capacité des végétaux à stocker le carbone. La végétalisation participe aussi très activement à la préservation et au développement de la biodiversité.

La biodiversité regroupe quant à elle l’ensemble des êtres vivants, micro-organismes, plantes, champignons ou animaux. Ce sont aussi les interactions qui les relient entre eux et avec le milieu où ils vivent. C’est la diversité de la vie à tous ses niveaux d’organisation, du gène aux espèces et aux écosystèmes. La loi biodiversité a notamment pour objectif la reconquête de la nature dans les villes et les paysages. En effet, elle a pour ambition de donner un nouvel élan à la préservation, à la valorisation et au développement de la faune et de la flore.

Les toitures végétales donnent une nouvelle dimension à l’architecture contemporaine. La nature reprend donc ses droits dans les zones urbanisées.

La végétalisation des murs et des toits apporte de nombreux atouts aux habitats et à la ville. 

  • Véritable climatisation naturelle, elle régule la température ambiante en ville car l’air est rafraîchi et humidifié grâce au phénomène d’évapotranspiration, contribuant à lutter contre le phénomène d’îlots de chaleur.
  • Elle permet de développer la biodiversité, les espaces végétalisés offrant des lieux de refuge, de repos, de nourrissage et de reproduction pour la faune.
  • Elle permet des économies d’énergie en améliorant l’isolation et l’inertie thermique des bâtiments, ainsi que l’isolation phonique.
  • Elle participe à la rétention des eaux pluviales : 4 à 38 mm selon l’épaisseur du substrat, réduisant la saturation du réseau d’évacuation et diminuant les risques d’inondation.
  • La végétalisation améliore aussi la qualité de l’air en absorbant les particules en suspension telles que les poussières et substances polluantes.
  • Amélioration du cadre urbain.

Les indispensables de la toiture pour favoriser la biodiversité

  • Une toiture bien aérée : Choisir un bon système de drainage pour l’évacuation de l’excès des eaux
  • Un système de rétention en eau : Installation d’un système de stockage temporaire de l’eau de pluie en toiture
  • Un bon substrat
  • Une diversification de la palette végétale
  • Des accessoires supports à la biodiversité comme des nichoirs, des mares, des ruches.
  • Un entretien raisonné

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter