annuaire professionnel construction

Articles, avis et essais produit Sécurisation chantier et chantiers propres

Travailler sur un chantier comporte de nombreux risques pour les travailleurs du BTP et pour les tierces personnes présentes sur le chantier. Ils sont susceptibles de subir des accidents de travail dont les répercussions peuvent être très graves tant au niveau physique que moral. C’est dans cette optique que des règles de sécurité doivent être mises en place sur le chantier, et un travail de formation aux risque doit également être entrepris.

Découvrons comment la sécurité des ouvriers sur les chantiers doit être mise en œuvre et quels sont les équipements de protection nécessaires pour éviter des accidents pendant les travaux ou sur les chantiers.

L’importance de la sécurité sur un chantier

Mettre en place des règles et mesures de sécurité sur un chantier de bâtiment a pour vocation :

  • De prévenir les risques d’accidents de travail. En effet les travailleurs sont directement impliqués puisque leur présence en grand nombre sur le chantier, leur travail en altitude combiné à la manipulation d’engins et d’appareils spécifiques augmentent les risques potentiels d’incidents graves.
  • D’empêcher l’entrée des personnes non concernées par le chantier et ainsi encourir des risques inutiles.
  • De prévenir les maladies diverses liées à la pénibilité du travail, à la manipulation de certains matériaux dangereux ou encore à l’exposition directe au froid ou, à contrario, à la chaleur.
  • De renforcer la confiance entre les travailleurs, les responsables de la sécurité et les dirigeants de l’entreprise.
  • D’augmenter la productivité et l’efficacité des travailleurs. Les employés sont mieux armés pour effectuer leur travail de manière efficace et sûre lorsqu’ils bénéficient d’une formation et d’une protection adéquate de la part de l’entreprise.

Les risques principaux liés à la sécurité des chantiers

Les travailleurs sont potentiellement soumis à plusieurs risques dangereux sur un chantier de construction causés par :

  • Le travail en hauteur
  • Les chutes, glissades et trébuchements
  • Le déplacement de l’équipement
  • Le bruit qui peut entraîner la surdité
  • L’utilisation prolongée d’outils et d’équipements vibrants
  • La manutention manuelle
  • L’effondrement des tranchées
  • L’électricité
  • L’amiante
  • La poussière

Comment mettre en place les règles de sécurité ?

Deux documents doivent être préparés :

Le plan de prévention chantier

Étant donné l’intervention multiple de personnes et d’entreprises différentes sur le chantier, un plan de prévention chantier doit être établi afin de réduire les risques liés à la présence de plusieurs travailleurs. Ce document, élaboré par le coordonnateur Sécurité et Protection de la Santé (SPS), a pour vocation la formalisation des mesures de prévention nécessaires et applicables à l’ensemble des différents intervenants. Le nom et les coordonnées de chaque société y seront mentionnés ainsi que les dates de début et de fin de travaux, et la nature du chantier.

Fiche de données de sécurité

Obligatoire dans le cas de manipulation de substances ou mélanges dangereux pour la santé ou l’environnement, l’élaboration de la fiche de données de sécurité a pour finalité de limiter et prévenir les risques chimiques sur un chantier. Elle est remise à chacun des salariés concernés.

Faire respecter la sécurité sur un chantier : le rôle de chacun !

Rôle de l’employeur (formation, mesures de prévention, assurance…)

L’employeur a l’obligation de respecter et de faire respecter les règles et normes de sécurité sur son chantier. Cette opération se manifeste sous diverses formes :

  • Il doit informer les employés sur les règles de sécurité quel que soit le type de contrat de travail des travailleurs ou stagiaires.
  • Une formation/initiation à la sécurité sur le site peut être utile. Cela permettra aux nouveaux employés de se familiariser avec les opérations du site.
  • Il peut remettre un livret d’accueil aux nouveaux arrivants.
  • Il doit mettre à leur disposition un document d’évaluation des risques professionnels.
  • L’employeur doit procéder à l’affichage des consignes de sécurité sur les différents sites de travail de l’entreprise.
  • Des équipements de protection ainsi que du matériel adapté doivent être mis à disposition des travailleurs leur assurant un travail en toute sécurité. Il doit également veiller à la bonne gestion du stock de matériel, stock qui doit d’ailleurs être renouvelé régulièrement en fonction des préconisation de ses fournisseurs.
  • L’employeur doit également se charger de vérifier l’ensemble des installations et des machines ainsi que leur maintien aux normes.
  • Autres obligations de l’employeur : veiller au roulement des équipes, aménager des emplois du temps afin d’éviter aux employés de travailler durant les heures les plus chaudes, ou les plus froides, mettre en place une salle de pause et surveiller le chantier à l’aide de matériel de vidéo-surveillance.

Ces tâches peuvent être effectuées par l’employeur ou par un salarié nommé pour assurer la sécurité quotidienne sur le chantier. La responsabilité de ces opérations peut même être confiée à un responsable HSE (Hygiène/Sécurité/ Environnement).

Rôle du salarié dans la sécurité des chantiers de BTP

De leur côté, les salariés ont l’obligation de se conformer aux règles de sécurité. Ils doivent utiliser les équipements mis à disposition par l’employeur et signaler les problèmes immédiatement ainsi que toute usure et obsolescence des divers équipements de sécurité. Ils doivent aussi penser à organiser et ranger correctement les outils, être attentifs et suivre les panneaux de sécurité.

Les travailleurs doivent penser à garder le chantier propre et en ordre. Ils doivent s’assurer que les débris, la poussière, les clous détachés et l’eau stagnante ne traînent pas sur le site.

Le chantier de construction doit être nettoyé quotidiennement pour éviter les glissades et les trébuchements.

En cas de non application des consignes, le salarié encourt une faute disciplinaire et ce même s’il n’a pas causé d’incident et une faute pénale pour mise en danger de sa personne et d’autrui en cas d’accident.

La loi est d’ailleurs très claire à ce sujet. « Tout salarié a une obligation de sécurité pour lui et les autres », article L.4122-12 du Code du Travail.

Le rôle du coordinateur Sécurité et Protection de la Santé (SPS)

Le coordinateur est nommé à partir du moment où plusieurs entreprises du bâtiment souhaitent intervenir en même temps sur un chantier.

Sa fonction est d’évaluer les risques professionnels bien avant le début du chantier afin d’élaborer des mesures. Un plan de prévention sera préparé dans le but d’organiser les différentes interventions.

Les équipements de sécurité

Il existe des équipements de protection individuelle et des équipements de protection collective.

Les équipements de protection individuelle (EPI)

  • Combinaisons de travail : elles doivent être résistantes à l’usure, aux déchirures et doivent être conformes aux obligations du marquage CE.
  • Casques de sécurité : ils doivent répondre aux normes Afnor NF EN 397 et à la certification CE.
  • Lunettes de protection : le port des lunettes est primordial pour la protection des yeux.
  • Gants adaptés à chaque type de risques : ils évitent ou réduisent les coupures, les perforations, les allergies aux produits, etc.
  • Chaussures de sécurité : les chaussures de sécurité doivent être résistantes aux chocs et aux agents agressifs tels que le feu ou les produits chimiques.
  • Protections auditives : depuis 2006, l’employeur est responsable de l’exposition au bruit de ses salariés.
  • Masques de chantier : efficaces contre les aérosols, les particules solides, les vapeurs et les gaz nocifs.
  • Gilets de visualisation : ils doivent être conformes à la norme européenne EN 471 et doivent permettre la visibilité de chaque ouvrier sur le chantier.
  • Dispositifs antichute : tels que les cordes, enrouleurs, harnais, mousquetons, etc.

 

Les équipements de protection collective (EPC)

La mise en place de plots, de bandes de sécurité ou des panneaux de signalisation doivent être mis en place afin de délimiter les zones et les abords.

Des tentes et des hangars sont mis à disposition afin d’accueillir les personnes et le matériel.

D’autres accessoires sont utiles lors de l’émission de matière polluante comme des capots, des caissons acoustiques, des extincteurs ou des systèmes d’aspiration.

Pour le travail en hauteur, l’employeur doit mettre à disposition des filets de sécurité, des échafaudages et des garde-corps.

 

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter