Les conséquences de la RE2020 sont-elles un frein pour la construction neuve ?

Le secteur du bâtiment et de la construction s’implique de plus en plus dans une démarche environnementale. En vigueur depuis le 1er janvier 2022, la nouvelle réglementation RE2020 représente un pas considérable dans cette direction. Avec un objectif de neutralité carbone à long terme, elle œuvre à augmenter les performances énergétiques et améliorer le confort en été. Véritable durcissement des normes et règles imposées, la RE2020 engendre une hausse des coûts de construction et du prix des logements neufs. Dans un contexte international où les prix des matériaux sont en hausse, le marché de la maison neuve s’en trouve bouleversé.

La RE2020 : un coup d'arrêt pour la construction neuve

Le rôle de la RE2020

Rien qu’en France, le domaine du bâtiment représente 44 % de la consommation énergétique et un quart des émissions de CO2. Il s’agit d’une part non négligeable des gaz à effet de serre responsable du réchauffement climatique. Pour y remédier, la réglementation environnementale RE2020 est devenue effective en 2022. Bien que prévue en deux ans plus tôt, elle a pour objectif la réalisation de maisons neuves moins énergivores et plus respectueuses de l’environnement. Un planning divisé en plusieurs paliers est prévu jusqu’en 2034 pour renforcer les exigences au fil des années.

 

Dans une optique de baisse de la consommation en énergie et d’amélioration des performances, le besoin bioclimatique du bâtiment (Bbio) devient un indicateur incontournable de la RE2020. Il permet de déterminer la qualité énergétique réelle des bâtiments neufs, hors systèmes de chauffage et d’énergie. Il mesure le besoin de chaleur et en déduit le niveau d’isolation nécessaire pour chaque projet de construction. Selon les projections du gouvernement, l’application du Bbio se traduit par une hausse de 30 % des exigences environnementales en comparaison de la précédente réglementation.

Une hausse des prix en perspective

 

Avec ces nouvelles mesures et obligations pour les constructeurs, le coût global d’une maison neuve va augmenter. Cette hausse sera répercutée dans le prix d’achat des bâtiments. Les conséquences de la RE2020 pourraient engendrer une augmentation de prix de 3 à 4 % des maisons neuves de plain-pied selon la Fédération française des Constructeurs de Maisons individuelles (FFCMI). Les maisons à étages devraient connaître une hausse de 7 à 10 %. Les appartements neufs ne seront pas épargnés avec 5 % d’augmentation. Le renforcement des exigences en 2025, 2028 et 2031 risque de faire grimper plus encore le prix des constructions neuves.

 

À cela s’ajoutent des prix pour les matériaux et l’énergie qui ne cessent de grimper. Cela est dû à un contexte de pénurie suite à la pandémie et la guerre en Ukraine. Avec des hausses de 5 à 15 %, il devient encore plus difficile pour les constructeurs de se montrer compétitifs. En attendant de nouvelles innovations dans la filière, il va en découler une baisse très probable de la demande face aux coûts prohibitifs attendus sur le marché du neuf.

Des solutions à l’étude pour compenser l’impact de la RE2020

 

Devant de telles hausses de prix, le Pôle Habitat exhorte le gouvernement à mettre en place des mesures pour soutenir les acteurs de la construction et le pouvoir d’achat des ménages. 

 

Afin d’aider dans ce sens, la Fédération du bâtiment propose diverses solutions :

 

La mise en place d’un crédit d’impôt de 15 % durant les 5 premières années du prêt immobilier.

Instaurer un prêt à taux zéro (PTZ) avec une quotité qui passe de 20 à 40 % sans distinction territoriale. 

Pour favoriser l’investissement locatif dans le neuf sur le territoire français, les conditions d’accès au programme Pinel doivent être réajustées pour être plus attractives et accessibles. 

 

Après une belle période de renouveau sur l’année 2021, les ventes de maisons neuves demeurent très incertaines pour les années à venir. L’arrivée de la réglementation RE2020 et la hausse des prix qui en résulte risquent de les ralentir considérablement. Or les surcoûts de cette dernière vont encore se durcir, jetant une ombre sur le futur du marché de la maison neuve.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter