Installateur de salle de bains : quelles sont les normes à respecter ?

installateur de salle de bain

Le respect des normes en vigueur, notamment les DTU, par les installateurs de salle de bains, leur assure de livrer un chantier réalisé dans les règles de l’art. Au-delà de l’amour du travail bien fait, respecter les normes applicables à l’installation de salle de bains participe grandement à votre image de marque en tant que professionnel. De plus, cela évite tout litige avec vos clients, et une éventuelle mise en cause de votre responsabilité. Quelles sont les normes à respecter par un installateur de salle de bains ? Il y en a trois principales à connaître.

 

Installation de salle de bains : Les normes électriques à respecter 

 

La norme électrique NFC 15-100 doit être connue de tous les installateurs de salle de bains. En effet, cette norme vise à éviter tous les risques d’accidents liés à l’entrée en contact d’eau avec le circuit électrique ou les appareils électriques présents dans la pièce d’eau. Il est donc impératif de veiller à installer des équipements isolés et étanches.

 

Cette norme électrique qui fait foi dans la salle de bains vise à pour raison d’être la “protection de l’installation électrique et des personnes, ainsi que sur le confort de gestion, d’usage et l’évolutivité de l’installation”. 

 

OFFERT - DECOUVREZ LES DERNIERES TENDANCES SALLE DE BAIN

Découvrez les dernières tendances de l'architecture, intégrant les grands enjeux sociétaux et climatiques

 

Les volumes de la norme NFC 15-100

La NFC 15-100 distingue trois volumes dans la salle de bains :

 

  • le volume 0 qui correspond à la surface où se trouve la baignoire ou le receveur de douche où toute installation électrique est proscrite. Pour les douches à l’italienne qui par définition n’ont pas de receveur de douche, on définit la zone 0 en prenant en compte un rayon de 1,25 mètre à partir de l’angle du mur ;
  • le volume 1 soit la surface située au-delà de 2,25 mètres qui peut être exposée à des éclaboussures ;
  • le volume 2 qui concerne tout l’espace présent autour du volume dans un périmètre de 60 centimètres. Ici, le risque de contact avec l’eau est moins important, mais reste présent. Une double isolation est obligatoire. Le petit électroménager peut y être installé.

 

Les autres règles applicables aux installations électriques dans la salle de bains

Tout d’abord, l’installateur de salle de bains doit s’assurer qu’aucune prise de terre n’est présente dans l’un des trois volumes cités précédemment. Seules les prises de 20 à 50 VA sont autorisées dans le volume 2, pour les petits appareils électriques à l’instar des rasoirs.

 

Concernant l’éclairage, il convient de veiller à ce que les équipements relevant de la classe I soient bien hors des volumes à risques. Par exception, les éclairages de classe II peuvent être installés dans le volume 2. Pour le reste, il faut prévoir des éclairages TBTS, c’est-à-dire à courant très basse tension de sécurité.

 

De même, les interrupteurs TBTS peuvent être présents dans les volumes 1 et 2.

 

En outre, pour les équipements électroménagers comme le lave-linge et le sèche-linge relevant de la classe I, ils doivent obligatoirement être hors volume. Il faut donc en tenir compte lors de la conception ou de la rénovation de la salle de bain.

 

Enfin, pour les appareils de chauffage, leur positionnement dépend de leur type. Ainsi, un chauffage de classe II peut être accueilli au sein du volume 2, tandis qu’un chauffage standard de classe I doit nécessairement être installé hors volume.

 

La nouvelle réglementation pour l’habitat neuf

Depuis le 1er janvier 2021, les règles concernant l’installation de salles de bains dans les logements neufs ont évolué. En effet, le pose d’une douche à l’italienne est devenue la norme, afin de faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite.

 

Les règles en matière de volume à respecter pour les installations électriques ne changent pas pour autant. Il faut seulement les adapter à l’absence de receveur de douche. Par exemple, pour le volume 0, il est délimité par le fond de la douche en bas et par une distance de 10 centimètres au-dessus du fond de la douche pour la hauteur. 

 

Les normes d’accessibilité à connaître pour un installateur de salle de bains

 

L’installeur de salle de bains doit également être au fait des normes d’accessibilité. Les nouvelles salles de bains doivent pouvoir être pratiquées par une personne à mobilité réduite (PMR) y compris en fauteuil roulant. 

 

Voici un aperçu des règles à connaître :

 

  • un espace de manœuvre d’un diamètre de 1,50 mètre doit être prévu, afin de permettre la réalisation d’un demi-tour en fauteuil. L’espace d’usage est en principe de 80 centimètres sur 1,30 mètre ;
  • une barre d’appui doit être installée pour aider au transfert entre le fauteuil et la cuvette des WC ;
  • la cuvette des toilettes doit être posée de façon à ce que la lunette des WC soit à une distance de 40 à 50 centimètres du mur ;
  • le receveur de douche doit être extra plat pour ne pas excéder 2 centimètres de ressaut et être antidérapant conformément à la norme PN18 ;
  • etc.

 

Concernant l’éclairage, il est recommandé d’opter pour un système qui détecte la présence, qui s’avère plus pratique et plus écologique.

 

En fonction de la configuration de la salle de bains, le respect de ces normes peut être plus ou moins évident. Par exemple, dans une salle de bains en longueur, le respect de l’espace de manœuvre peut être plus complexe.

 

Installateur de salle de bains : Connaissez-vous la nouvelle norme DIN 18534 ?

 

La nouvelle norme DIN 18534 s’applique à la pose de carrelages, de pierres naturelles et de chapes dans les espaces intérieurs. Elle régit notamment les règles applicables en matière d’étanchéité.

 

La salle de bain entre dans son champ d’application. En pratique, elle impose l’application d’au moins deux couches d’étanchéité. Des épaisseurs minimum de couche sont également prévues en fonction du type de produit utilisé.

 

Un installateur de salle de bains doit connaître et maîtriser l’ensemble des normes applicables à la pièce d’eau. Cela est d’autant plus important que la présence d’humidité, et a fortiori d’eau, implique des risques supplémentaires comme l’électrocution ou les infiltrations. Mais l’installateur de salle de bain doit aussi être en mesure de conseiller ses clients pour la conception de leur nouvelle salle de bains. Pour vous aider, vous pouvez télécharger notre guide des tendances salle de bains.

 

OFFERT - DECOUVREZ LES DERNIERES TENDANCES SALLE DE BAIN

Découvrez les dernières tendances de l'architecture, intégrant les grands enjeux sociétaux et climatiques

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter