Quels isolants choisir pour une ossature bois ?

Les maisons à ossature bois séduisent de plus en plus. En plus d’être écologiques, elles se montrent esthétiques et offrent de grandes performances sur le plan énergétique. Pour une construction neuve comme une extension, leur nombre augmente chaque année. En plus des propriétés naturelles du bois, il convient cependant de choisir avec soin les matériaux pour une isolation thermique et acoustique optimale.

Isolant pour ossature bois

Les solutions d’isolation pour une maison à ossature bois

 

Avec des montants espacés de 40 à 60 cm, les murs d’une maison à ossature bois laissent toute la place nécessaire pour placer l’isolant. À cela s’ajoute la possibilité d’isoler via un complément par l’extérieur ou l’intérieur du bâtiment :

 

  • Une isolation par l’intérieur permet de positionner une couche d’isolant dans l’épaisseur de la structure pour éviter de perdre de l’espace. Un complément d’isolation supplémentaire par l’intérieur peut limiter les pertes d’énergie, mais réduit la taille de vos pièces.
  • Une isolation par l’extérieur consiste à placer des panneaux isolants, ainsi qu’un bardage ou un enduit mince en façade du bâtiment. Cela préserve l’espace intérieur de la maison et peut se montrer très efficace. L’isolant sélectionné peut servir de support direct pour l’enduit.
  • Pour un résultat maximal, il est possible d’opter pour une isolation répartie en combinant les deux solutions. Une maison à ossature bois avec une isolation efficace est un premier pas vers la maison à énergie positive.

 

Appréhendez au mieux la construction de bâtiments à énergie positive

 

Les critères pour obtenir une haute performance thermique  

 

Pour faire son choix parmi la vaste sélection de matériaux du marché, plusieurs données sont à prendre en compte. Le coefficient de résistance thermique (R) est l’un des plus importants. Plus il est élevé, plus les performances du matériau seront satisfaisantes. L’isolant sera alors efficace aussi bien contre le chaud que le froid. On distingue deux grands types d’isolants, les traditionnels et les écologiques. 

Dans la première catégorie, on retrouve la grande famille des laines minérales avec principalement la laine de verre et la laine de roche. De plus en plus plébiscités, les matériaux biosourcés comme le chanvre ou la laine de bois offrent de bonnes performances. Il existe également des isolants recyclés écologiques comme la ouate de cellulose et certains textiles. Le coefficient de résistance thermique varie entre ses différentes solutions et l’épaisseur utilisée. 

 

Exprimée en m².K/W, la valeur R d’un isolant dépend de l’épaisseur et de son lambda (λ). Ce dernier représente la conductivité thermique. Il s’agit de la quantité de chaleur transmise entre les deux faces de l’isolant. Pour obtenir la meilleure isolation thermique, l’isolant doit posséder une épaisseur importante et un lambda le plus faible possible. 

 

Les différents isolants pour une ossature bois

 

Les isolants synthétiques sont les plus connus, à l’exemple de la traditionnelle laine de verre. Si leur coût est attractif, ils sont mauvais pour la santé surtout lors de la pose. Les isolants naturels ont un impact bénéfique sur le plan environnemental et sanitaire. Leur prix est cependant bien plus élevé que les matériaux synthétiques. En fonction de leur épaisseur, ils garantissent une excellente résistance à la chaleur, au froid et aux bruits. Il est néanmoins essentiel de respecter les règles de pose du DTU 31.2 relatif à la construction de maisons et bâtiments à ossature bois. Pour ne pas soumettre les isolants à l’humidité, la structure doit assurer une parfaite étanchéité. La pose d’une membrane pare-vapeur doit également être effectuée pour une bonne durabilité de l’installation. 

 

Il existe de nombreux matériaux pour isoler la maison à ossature bois de vos clients en fonction de leurs préférences. 

 

La laine minérale :

 

  • Fabriquée à partir de verre recyclé ou de sable, la laine de verre se présente sous de nombreuses formes allant du rouleau souple au panneau rigide, en passant par une solution à souffler. Dotée d’une excellente résistance au feu, elle se décline en différentes épaisseurs avec un coefficient de résistance thermique variable. 
  • La laine de roche a une composition similaire à la laine de verre, mais est fabriquée à partir de roches de basalte. Également très résistante au feu, elle est disponible sous toutes les formes. Un peu plus chère que la laine de verre, elle est appréciée pour sa faculté à stopper les fortes chaleurs en été

 

Les isolants biosourcés :

 

  • Avec un intérêt écologique, la laine de chanvre est le fruit d’un processus mécanique par défibrage de tiges de chanvre. Biodégradable, elle est utilisée dans le bâtiment sous forme de panneau souple ou semi-rigide.  
  • Sous forme de panneaux, rigide ou en vrac pour le soufflage, la laine de bois peut être utilisée pour une isolation intérieure comme extérieure. Écologique, elle est réalisée à partir de fibre de bois généralement issue des divers résidus de bois des scieries. 
  • Très peu coûteuse, la paille convient à des constructions à ossature bois très proches de la nature. Cet isolant à la particularité d’absorber du CO2 et sa fabrication écologique nécessite très peu d’énergie fossile. 

 

Les isolants recyclés :

 

  • Fréquemment utilisée en vrac, la ouate de cellulose convient parfaitement à une isolation des murs ou des combles. Le papier journal recyclé et le carton constituent la principale source de fibre de cellulose nécessaire à sa fabrication. 
  • Les isolants à base de textile recyclé comme le coton sont disponibles en panneaux semi-rigides ou en vrac pour isoler les toitures. Leur résistance thermique est très variable. 

 

Avec ses nombreux avantages, la maison à ossature en bois offre de larges possibilités d’isolation pour ses murs et plafonds. Elle ouvre la voie vers des solutions plus respectueuses de l’environnement et efficaces. Il convient cependant de respecter les bonnes pratiques et de choisir avec soin les isolants utilisés. 

L’objectif est dorénavant à produire plus que l’on consomme. Pour en savoir plus sur la construction de bâtiment à énergie positive, un livre blanc détaille les solutions à votre disposition.

 

Appréhendez au mieux la construction de bâtiments à énergie positive

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Nos meilleures recommandations tous les mois dans votre boîte e-mail !

Newsletter